Longevity, Kung Fu & Time Travel

Newsletter #15
By Shi Deru (a.k.a. Shawn Xiangyang Liu).

Un article de Hakim Mamoni

A few years ago, I gained the motivation to train everyday after being taught to time travel by a Kung Fu master in China. Today, it‘s your turn…

Between 2006 and 2013, I was fortunate to live in the province of Sichuan, deep in the heart of mainland China. When my wife and I landed in Chengdu airport, on a cold winter day in March 2006, neither of us spoke Mandarin and we knew relatively little about the local culture. How we ended up in the city of Chengdu is a story for some other time, but upon our arrival we found ourselves instantly surrounded by 10+ million Chinese people, most of whom spoke little to no English. At first, the culture shock was intense, even though we had spent the previous year in South East Asia. Looking back, I realise that this was a small price to pay for the unique opportunities we encountered. What I learned there during those years helped me tremendously in many ways. One important lesson was how to regain and keep control over my own health.

Longevity

Chinese culture is an ancient one and an important part of it focuses on health and longevity. In every city, you find apothecaries packed with pots and jars filled with dried herbs, roots, mushrooms, insects and other wonders. In every neighbourhood, you can see elders taking care of their grandkids, or playing mah-jong, or doing all kinds of physical activities. In the early hours, you can see them practicing Tai Chi in public parks. In the afternoon, you can see them exercising in public “gyms”. In the evening, you can see them dancing in public squares. To my surprise, I never saw a mobility scooter or a Zimmer frame. Most Chinese elders can move around without mechanical assistance. In many ways, they are far healthier than their western counterparts. Most of them are mobile, flexible and some keep strong. One of their longevity secret begins with the knowledge of Qi.

Qi better known as ‘Prana’ in Hinduism or ‘Life Force’ in the West, is the central underlying principle in both Chinese traditional medicine and Chinese martial arts. It is described as a vital energy whose flow must be balanced for good health and longevity. Qi Gong, the practice of cultivating and balancing Qi, consists of gentle flowing movements and breathing exercises.

Prior to going to China, I was aware of Qi. My Judo teacher had introduced it to me from the age of 7. This idea has been forever popular across Asia, from India to Japan. But, it’s while I lived in China that, for the first time, I could see with my own eyes the stark difference in health between a population who had cultivated their Qi throughout their lives and one who had not. On one hand, most Chinese elders continue to use their ancient knowledge of Qi to keep themselves healthy. On the other hand, very few people in the West are aware of it and consequently most of them loose their flexibility and mobility much earlier in life.

Kung Fu

 

Whilst living in Chengdu, I had the immense honour to learn more about Qi from a true Kung Fu master, Shifu Li Quan. To this day, I have not met anyone as passionate and as dedicated to martial arts as he is. For many years, he travelled across China to perfect his skills. Over the last decades, he has taught Kung Fu to soldiers, police officers, bodyguards and civilians. Since 2008, his school in Chengdu, Kung Fu Family, welcomes students from all around the world. Our paths crossed only briefly but I will forever be grateful for all he has taught me.

One of the first things I learned for Shifu Li Quan was the meaning of the word Kung Fu ( Chinese: 功夫; Pinyin: gōngfu). To my surprise, he revealed that it simply means ‘practice’. It also means time, effort, achievement, skill, art and workmanship but most importantly, it means practice. Not just in respect to martial arts, but in respect to any acquired skill. Kung Fu applies to calligraphy, painting, playing music, or even cooking. Practice. Practice. Practice. Everyday you must practice!

One day after training, Li Quan told us a story that has stayed with me ever since. He told us of a man he had met during his travels across China. That man began learning Kung Fu much later in life than most, in his early fifties. But his dedication to training was as strong as that of younger students. And for years, he trained every day. When Li Quan met him, the man was in his seventies and after twenty years of daily practice, he had become a Kung Fu master. And even in what would be considered old age, he was healthy, agile, fast, and strong.

Those of you who have read the book ‘Outliers’ by Macolm Gladwell will be familiar with the 10,000 hours rule: it takes on average 10,000 hours of practice for anyone to master a skill. If you train for one hour every day, it will take just over 27 years. If you train for three hours every day, it will take just over nine years to become a master. Well in my opinion, Malcom Gladwell simply rediscovered in 2008 something Chinese people have known and used for thousands of years.

Time Travel

Now, let me show you how time-travel can help you stay motivated to get out of your comfort zone every day and exercise. Use this technique next time you’re sitting at work or at home and you’re struggling to get up and go for a walk, a run, a swim, or whatever exercise you may have in mind. But, before I begin, I invite you to first see for yourself what I witnessed first hand in public “gyms” found all across China. Please have a look at the brief video below (3min33sec) uploaded by Youtube User The Strenth Project. I would really like for you to understand what your future could look like…

Let’s begin. First, we are going to leap forward in time. To your 75th birthday, to be precise. Please close your eyes and project yourself into the future you desire. You saw in the above video what is achievable. What do you wish for? How healthy would you like to be on that birthday? Would you like to be able to walk, run, jump and play in the park with your kids and grandkids? Close your eyes and for the next few seconds, simply imagine just how mobile, flexible, agile and strong you would like to be on your birthday…

Now pause there for a second and ask yourself this simple question: If the day before your 75th, you were capable of doing all that you wished for because you were practicing doing it, how likely would your wish be granted the next day?

Most likely. Wouldn’t you agree?

Next, we are going to start moving back in time. But not too fast at first. Let’s roll back to the day before your 75th. Pause there for a second and ask yourself the same question: If the previous day, you were practicing all that you wished for, how likely would your wish be granted on the day before your 75th? Most likely too.

Now you get the gist, roll back time always asking the same question. Day by day at first, then weeks, then months and finally years. Don’t roll back all the way to today though. We don’t want you to experience one of those awful time-travelling paradoxes.

Roll back to exactly one year from now and stop there. Ask yourself this question: One year from today, considering how regularly you currently exercise, how likely will you be as mobile, flexible, agile, and strong as you wished to be for your 75th?

Most likely? If so, that’s great. You must be training regularly already. If not, it’s never too late. You know what to do: practice, practice, practice. Everyday remember the true life story of the fifty year old Chinese man who became a Kung Fu master in his seventies.

A Secret Hidden In Plain Sight

Qi is the key to time travel and longevity. All across Asia, many eastern elders know and embody that secret. Exercising is akin to sending Qi life force to your future self. Once you begin to do it regularly, you build up your ability to send vital energy further and further into your future. Exercising regularly will make your future self faster, stronger, healthier, more mobile and more agile. It will help you live longer.

And for anyone who has been thinking about exercising more regularly, I strongly recommend to begin with 10 minutes of Qi Gong every morning. It’s easy and anyone can do it. Check out the video below.

This is one of the path to longevity. One that has been practiced every day by millions of people for thousands of years. If you are interested in becoming one of the lucky super agers, I invite to consider entering the Optimum Health Challenge.

Live Long & Prosper. 🙂

Un article de Hakim Mamoni , SuiviFounder @ Optimizing Health, Fellow @ Anthemis Jan 29

L’ego est l’ennemi des bons leaders

Newsletter #15

L’ego démesuré qui accompagne souvent le succès enferme les leaders dans une bulle et altère leurs décisions.

Le jour de sa prise de fonction en tant que P-DG du groupe Carlsberg, multinationale de la bière, Cees ‘t Hart s’est vu remettre un pass par son assistant. Celui-ci lui permettait d’accéder directement à son imposant bureau du 20ème étage, sans que l’ascenseur ne s’arrête en chemin. De là, les baies vitrées lui offraient une vue magnifique sur Copenhague. Des avantages liés à sa fonction et qui en disaient long sur son pouvoir et son importance au sein de l’entreprise.

Les deux mois qui ont suivi, Cees les a passés à prendre ses marques. Cependant, durant cette période, il s’est aperçu qu’il voyait très peu de monde dans la journée. Comme l’ascenseur filait directement au 20ème étage et que seuls quelques dirigeants y travaillaient également, il n’avait que peu d’occasions d’interagir avec d’autres employés de Carlsberg. Cees décida alors de troquer son prestigieux bureau contre un poste inoccupé au milieu d’un open space, à un niveau inférieur.

Interrogé sur la raison de ce changement, il déclara : « si je ne rencontre pas les gens, je ne saurai jamais ce qu’ils pensent. Et si je ne suis pas capable de prendre le pouls de l’entreprise, je ne peux pas la piloter de façon efficace ». Cette histoire illustre bien la manière dont un dirigeant peut s’efforcer d’éviter l’isolement qui va de pair avec ce type de fonction. Le danger est réel pour les managers seniors, car plus ils montent dans la hiérarchie, plus leur ego aura tendance à s’hypertrophier. Et plus leur ego grandit, plus ils risquent de finir complètement isolés dans leur bulle et de perdre le contact avec leurs collègues, la culture de l’entreprise et, en définitive, avec les clients (lire aussi l’article : « Percer la bulle du P-DG »). Analysons cette dynamique délétère étape par étape.

Le « syndrome de l’hubris »

Lorsque nous montons dans la hiérarchie, nous acquérons du pouvoir. Du coup, les gens sont plus susceptibles de vouloir nous faire plaisir en nous prêtant une oreille attentive, en étant plus souvent d’accord avec nous et en riant à nos plaisanteries. Toutes ces choses titillent l’ego. Et quand l’ego est titillé, il grossit. Un phénomène que David Owen, ancien ministre britannique des Affaires étrangères, et Jonathan Davidson, professeur de psychiatrie et de sciences du comportement à l’université Duke, appellent le « syndrome de l’hubris » et qu’ils définissent comme étant un « trouble de la détention du pouvoir, en particulier du pouvoir associé à des années de succès ».

Un ego débridé peut biaiser notre perception de la réalité et fausser nos valeurs. Comme le dit Jennifer Woo, P-DG de The Lane Crawford Joyce Group, le plus grand détaillant de biens de luxe d’Asie, « gérer l’insatiable appétit de l’ego pour la fortune, la gloire et l’influence est la première des responsabilités de tout leader. » Lorsque nous cédons à l’envie dévorante de pouvoir de l’ego, nous ne sommes plus aux commandes. En réduisant notre champ de vision et en altérant notre comportement, il nous rend manipulables et nous amène souvent à agir à l’encontre de nos valeurs.

Notre ego nous rend manipulables

Notre ego est pareil à une cible que nous porterions sur nous. Et comme toute cible, plus il est gros, plus il est facile à atteindre. Ce qui nous fragilise vis-à-vis d’autrui. Parce qu’il requiert qu’on lui prête attention, il fait de nous des êtres manipulables et nous rend prévisibles. Une fois que les gens l’on compris, ils peuvent en jouer. Lorsque nous sommes victimes de notre besoin d’être perçu comme quelqu’un de formidable, nous finissons par prendre des décisions qui peuvent être dommageables pour nous-mêmes, notre équipe et notre entreprise.

Un ego boursouflé altère aussi le comportement. Quand nous estimons être seuls responsables de notre succès, nous avons tendance à devenir grossiers et égoïstes et nous sommes plus enclins à interrompre les autres. Ce qui est particulièrement vrai en cas de revers et de critiques. Ainsi, l’ego surdimensionné nous empêche de tirer les leçons de nos erreurs et érige une barrière défensive qui bride l’assimilation des enseignements que nous pourrions tirer des échecs essuyés.

Notre ego nous enferme dans une bulle

Enfin, en recherchant toujours les informations qui confirment ce qu’il souhaite croire, un ego hypertrophié réduit notre champ de vision. Il biaise notre jugement, nous fait perdre la réalité de vue et nous isole dans une bulle où l’on n’entend et ne voit que ce qui nous arrange. En conséquence, nous perdons le contact avec nos subordonnés, avec la culture à laquelle nous appartenons et, pour finir, avec nos clients et nos parties prenantes.

Réussir à se libérer d’un ego surprotecteur et surdimensionné et éviter de se retrouver dans une bulle sont des objectifs aussi difficiles qu’essentiels à atteindre. Cela demande de l’abnégation, de la réflexion et du courage. Voici quelques conseils pour vous aider à y parvenir :

– Recensez les avantages et privilèges que vous offre votre position. Certains vous permettent d’être plus efficace dans votre travail. Ce qui est très bien. Mais d’autres ne servent qu’à promouvoir votre statut et votre pouvoir et, en définitive, à gonfler votre ego. Réfléchissez aux privilèges dont vous pouvez vous passer. Cela peut être une place de parking réservée ou, comme dans le cas de Cees ‘t Hart, un pass pour l’ascenseur.

– Soutenez, développez les relations et travaillez avec des individus qui ne contribueront pas à l’inflation de votre ego. Embauchez des collaborateurs intelligents qui ne craindront pas de dire ce qu’ils pensent.

– L’humilité et la gratitude sont les pierres angulaires de l’abnégation. Prenez l’habitude à la fin de chaque journée de repenser à tous les individus qui ont contribué à votre succès ce jour-là. Concluez cette réflexion en envoyant un message de remerciement à ces gens-là (lire aussi la chronique : « Comment fonctionne réellement le leadership par l’humilité »).

L’ego démesuré qui accompagne le succès – un salaire plus élevé, un bureau plus prestigieux, des rires plus nourris – nous donne souvent l’impression que nous avons tout compris de la manière dont il faut agir pour être un leader. En réalité, c’est faux. Le leadership est avant tout une question humaine. Et les gens changent tous les jours. Si nous pensons avoir trouvé la clé universelle qui nous permettra de diriger autrui en toutes circonstances, c’est que nous avons perdu. Si nous tolérons que notre ego détermine ce que nous voyons, entendons et croyons, c’est que nous laissons notre succès passé porter atteinte à notre succès futur.

Article de Jacqueline CarterRasmus Hougaard paru le 26/12/2018 dans Harvard Business Review France

Pourquoi l’oubli peut vous sauver la vie

Newsletter #15

Quand on parle de la mémoire humaine, on a toujours l’impression, implicitement, que plus égalerait mieux. Mais voilà que de plus en plus de neurobiologistes affirment le contraire : oublier permet de nous rendre plus efficace ! Deux questions importantes surgissent alors : 1) oublier quoi ? et 2) plus efficace pour quoi ? C’est ce que tente d’expliquer l’article du blogueur scientifique Tom Siegfried publié la semaine dernière sous le titre « Why forgetting may make your mind more efficient ». Oublier, donc. Mais quoi au juste ?

En gros, tous les détails qui ne sont pas essentiels. Siegfried donne l’exemple d’un chien qui vous aurait déjà attaqué dans un parc. Si votre mémoire conserverait les moindres détails au sujet du chien (taille, couleur, longueur du pelage, des pattes, etc.) et du parc (sur le sentier de roche, près d’un banc, sous un grand arbre, etc.) il est possible que vous ne généraliseriez pas à d’autres chiens et à d’autres lieux une peur prudente qui vous évitera sans doute une seconde morsure. Votre humble serviteur qui s’était déjà fait sauter dessus par un chien alors qu’il était à la maternelle sait trop bien que c’est cette généralisation par oubli des détails superflus qui s’effectue en nous et permet, des décennies plus tard, d’entretenir spontanément une certaine prudence envers les chiens. Une prudence des plus adaptatives quand on y pense deux minutes. Si vous n’êtes pas convaincu, changez le chien pour un lion et l’auteur de ces lignes pour une gazelle. Vous comprendrez pourquoi l’évitement d’un point d’eau par la gazelle lorsqu’elle perçoit le moindre signal de félin pourra faire une différence entre la vie (et des descendants ayant hérité de ces mécanismes d’oubli et de généralisation) et la mort (des individus ayant une super mémoire des détails qui ne se sont pas méfié de ces signaux car ils ne correspondaient pas exactement à ceux qu’ils avaient mémorisés…).

Cela nous amène naturellement à répondre à la deuxième question : plus efficace pour quoi ? Pour prédire le meilleur comportement à adopter dans telle ou telle situation, tout simplement. Le neurobiologiste français Alain Berthoz disait déjà, il y a de nombreuses années :

« La mémoire du passé n’est pas faite pour se souvenir du passé, elle est faite pour prévenir le futur. La mémoire est un instrument de prédiction. »

Et j’ai parlé ici à plusieurs reprises, dont une juste avant les Fêtes, de toute cette mouvance en neurosciences où l’on considère le cerveau d’abord et avant tout comme une machine à faire constamment des prédictions. Pour le dire comme la neuroscientifique Maria Wimber dans l’article de Siegfried, le problème qui surgit lorsque l’on accumule les détails est celui de « l’overfitting » qui est l’inverse d’un bon modèle assez général pour être capable de s’accommoder de nombreuses situations similaires.

Tranquillement donc, différentes pièces du puzzle commencent à s’assembler pour laisser entrevoir une conception du cerveau qui s’éloigne des mauvaises métaphores informatiques et s’enracine dans une perspective évolutive qui met l’accent sur l’importance de l’action. Oublier les détails pour mieux généraliser et donc mieux agir permet, à long terme et en moyenne (pour employer une précision chère à Friston et Cie), de maintenir son organisme à l’intérieur des limites physiologiques de la viabilité, bref de ne pas crever prématurément !

Un petit bémol en terminant à propos du schéma de l’article de Siegfried visant à illustrer comment les engrammes mnésiques se forment et peuvent disparaître. Je préfère de loin l’illustration d’un article de Rodrigo Quian Quiroga où l’on évoque fort bien ce à quoi pourrait ressembler une assemblée de neurones sélectionnées formant l’engramme d’un souvenir de Luke Skywalker. Ou encore, la première illustration de l’article de 2015 de Sheena A. Josselyn et Paul W. Frankland, Finding the engram (et dont une partie illustre ce billet), les deux neurobiologistes dont l’article de revue de 2018, Memory Allocation: Mechanisms and Function, est cité comme référence par Siegfried.

Un article de Bruno Dubuc paru sur site génial le Blogue du cerveau à tous les niveaux (http://www.blog-lecerveau.org/) le Mardi, 22 janvier 2019