Longevity, Kung Fu & Time Travel

Newsletter #16
By Shi Deru (a.k.a. Shawn Xiangyang Liu).

Un article de Hakim Mamoni

A few years ago, I gained the motivation to train everyday after being taught to time travel by a Kung Fu master in China. Today, it‘s your turn…

Between 2006 and 2013, I was fortunate to live in the province of Sichuan, deep in the heart of mainland China. When my wife and I landed in Chengdu airport, on a cold winter day in March 2006, neither of us spoke Mandarin and we knew relatively little about the local culture. How we ended up in the city of Chengdu is a story for some other time, but upon our arrival we found ourselves instantly surrounded by 10+ million Chinese people, most of whom spoke little to no English. At first, the culture shock was intense, even though we had spent the previous year in South East Asia. Looking back, I realise that this was a small price to pay for the unique opportunities we encountered. What I learned there during those years helped me tremendously in many ways. One important lesson was how to regain and keep control over my own health.

Longevity

Chinese culture is an ancient one and an important part of it focuses on health and longevity. In every city, you find apothecaries packed with pots and jars filled with dried herbs, roots, mushrooms, insects and other wonders. In every neighbourhood, you can see elders taking care of their grandkids, or playing mah-jong, or doing all kinds of physical activities. In the early hours, you can see them practicing Tai Chi in public parks. In the afternoon, you can see them exercising in public “gyms”. In the evening, you can see them dancing in public squares. To my surprise, I never saw a mobility scooter or a Zimmer frame. Most Chinese elders can move around without mechanical assistance. In many ways, they are far healthier than their western counterparts. Most of them are mobile, flexible and some keep strong. One of their longevity secret begins with the knowledge of Qi.

Qi better known as ‘Prana’ in Hinduism or ‘Life Force’ in the West, is the central underlying principle in both Chinese traditional medicine and Chinese martial arts. It is described as a vital energy whose flow must be balanced for good health and longevity. Qi Gong, the practice of cultivating and balancing Qi, consists of gentle flowing movements and breathing exercises.

Prior to going to China, I was aware of Qi. My Judo teacher had introduced it to me from the age of 7. This idea has been forever popular across Asia, from India to Japan. But, it’s while I lived in China that, for the first time, I could see with my own eyes the stark difference in health between a population who had cultivated their Qi throughout their lives and one who had not. On one hand, most Chinese elders continue to use their ancient knowledge of Qi to keep themselves healthy. On the other hand, very few people in the West are aware of it and consequently most of them loose their flexibility and mobility much earlier in life.

Kung Fu

 

Whilst living in Chengdu, I had the immense honour to learn more about Qi from a true Kung Fu master, Shifu Li Quan. To this day, I have not met anyone as passionate and as dedicated to martial arts as he is. For many years, he travelled across China to perfect his skills. Over the last decades, he has taught Kung Fu to soldiers, police officers, bodyguards and civilians. Since 2008, his school in Chengdu, Kung Fu Family, welcomes students from all around the world. Our paths crossed only briefly but I will forever be grateful for all he has taught me.

One of the first things I learned for Shifu Li Quan was the meaning of the word Kung Fu ( Chinese: 功夫; Pinyin: gōngfu). To my surprise, he revealed that it simply means ‘practice’. It also means time, effort, achievement, skill, art and workmanship but most importantly, it means practice. Not just in respect to martial arts, but in respect to any acquired skill. Kung Fu applies to calligraphy, painting, playing music, or even cooking. Practice. Practice. Practice. Everyday you must practice!

One day after training, Li Quan told us a story that has stayed with me ever since. He told us of a man he had met during his travels across China. That man began learning Kung Fu much later in life than most, in his early fifties. But his dedication to training was as strong as that of younger students. And for years, he trained every day. When Li Quan met him, the man was in his seventies and after twenty years of daily practice, he had become a Kung Fu master. And even in what would be considered old age, he was healthy, agile, fast, and strong.

Those of you who have read the book ‘Outliers’ by Macolm Gladwell will be familiar with the 10,000 hours rule: it takes on average 10,000 hours of practice for anyone to master a skill. If you train for one hour every day, it will take just over 27 years. If you train for three hours every day, it will take just over nine years to become a master. Well in my opinion, Malcom Gladwell simply rediscovered in 2008 something Chinese people have known and used for thousands of years.

Time Travel

Now, let me show you how time-travel can help you stay motivated to get out of your comfort zone every day and exercise. Use this technique next time you’re sitting at work or at home and you’re struggling to get up and go for a walk, a run, a swim, or whatever exercise you may have in mind. But, before I begin, I invite you to first see for yourself what I witnessed first hand in public “gyms” found all across China. Please have a look at the brief video below (3min33sec) uploaded by Youtube User The Strenth Project. I would really like for you to understand what your future could look like…

Let’s begin. First, we are going to leap forward in time. To your 75th birthday, to be precise. Please close your eyes and project yourself into the future you desire. You saw in the above video what is achievable. What do you wish for? How healthy would you like to be on that birthday? Would you like to be able to walk, run, jump and play in the park with your kids and grandkids? Close your eyes and for the next few seconds, simply imagine just how mobile, flexible, agile and strong you would like to be on your birthday…

Now pause there for a second and ask yourself this simple question: If the day before your 75th, you were capable of doing all that you wished for because you were practicing doing it, how likely would your wish be granted the next day?

Most likely. Wouldn’t you agree?

Next, we are going to start moving back in time. But not too fast at first. Let’s roll back to the day before your 75th. Pause there for a second and ask yourself the same question: If the previous day, you were practicing all that you wished for, how likely would your wish be granted on the day before your 75th? Most likely too.

Now you get the gist, roll back time always asking the same question. Day by day at first, then weeks, then months and finally years. Don’t roll back all the way to today though. We don’t want you to experience one of those awful time-travelling paradoxes.

Roll back to exactly one year from now and stop there. Ask yourself this question: One year from today, considering how regularly you currently exercise, how likely will you be as mobile, flexible, agile, and strong as you wished to be for your 75th?

Most likely? If so, that’s great. You must be training regularly already. If not, it’s never too late. You know what to do: practice, practice, practice. Everyday remember the true life story of the fifty year old Chinese man who became a Kung Fu master in his seventies.

A Secret Hidden In Plain Sight

Qi is the key to time travel and longevity. All across Asia, many eastern elders know and embody that secret. Exercising is akin to sending Qi life force to your future self. Once you begin to do it regularly, you build up your ability to send vital energy further and further into your future. Exercising regularly will make your future self faster, stronger, healthier, more mobile and more agile. It will help you live longer.

And for anyone who has been thinking about exercising more regularly, I strongly recommend to begin with 10 minutes of Qi Gong every morning. It’s easy and anyone can do it. Check out the video below.

This is one of the path to longevity. One that has been practiced every day by millions of people for thousands of years. If you are interested in becoming one of the lucky super agers, I invite to consider entering the Optimum Health Challenge.

Live Long & Prosper. 🙂

Un article de Hakim Mamoni , SuiviFounder @ Optimizing Health, Fellow @ Anthemis Jan 29

Comment lutter contre la fatigue mentale au quotidien

Newsletter #5

En réalité, votre salut ne dépend que d’une chose, votre capacité à mieux gérer votre attention.

Un article de HBR FRANCE par Tessa Melkonian

Avez-vous souvent l’impression que vos journées filent sans que vous parveniez à lever la tête du guidon ? Que votre « disque dur » est saturé ? Si la réponse est oui, il est fort probable que votre situation professionnelle mobilise à outrance votre capacité d’attention. Cette surconsommation d’attention au quotidien s’accompagne vite d’un sentiment de perte de maîtrise sur sa charge, ainsi que d’une forte fatigue mentale. Les managers sont de plus en plus nombreux à en souffrir (lire aussi l’article : « Statut élevé, stress élevé »). Quelles en sont les raisons ? Et comment y faire face ?

Notre réserve d’attention est limitée

Deux raisons expliquent cette situation. En premier lieu, le nombre et la complexité des missions managériales traditionnelles ne cessent de croître. Le reporting se multiplie, à la fois en nombre et en complexité d’estimation, ou par l’augmentation du nombre de collaborateurs induit par l’aplanissement des structures. S’ajoutent à cela de nouvelles dimensions d’actions inconnues jusqu’alors, comme la gestion d’équipes virtuelles ou l’incorporation progressive des machines dans le travail via l’intelligence artificielle.

Cette profonde mutation de l’environnement confronte les managers à la nécessité de s’adapter toujours plus rapidement. Or, pour s’adapter et innover, il faut de la ressource attentionnelle. Si le manager parvient à préserver de l’attention disponible une fois toutes les tâches habituelles effectuées, il maximise sa capacité d’adaptation. Dans le monde militaire, on parle souvent de « cerveau disponible » pour décrire cette ressource attentionnelle résiduelle essentielle pour s’adapter si besoin à l’imprévu. Tout y est mis en œuvre pour la maintenir. Dans l’entreprise en revanche, cette notion d’attention ou de « cerveau disponible » reste encore peu développée au niveau managérial.

Choisir ses cibles

La notion d’attention a été introduite en management il y a une vingtaine d’années. Elle permet d’expliquer les décisions stratégiques et la capacité d’adaptation des firmes grâce à la notion d’agenda stratégique. Si cette approche très stimulante a donné lieu à de nombreux travaux en stratégie, elle reste encore peu exploitée au niveau managérial. Pourtant, le parallèle est pertinent pour les managers qui cherchent à regagner un sentiment de maîtrise sur leurs actions et à réduire leur fatigue mentale. Comme au niveau de l’entreprise, l’objectif pour le manager est de se bâtir un agenda stratégique afin d’orienter son attention managériale sur les sujets clés et de préserver suffisamment de ressource cognitive pour s’adapter.

Le manager doit apprendre à orienter son attention sur les cibles importantes dans le contexte existant et à abandonner celles qui sont devenues obsolètes. Les modèles organisationnels et managériaux ont connu de profondes mutations ces dernières années. Il est donc logique que les cibles attentionnelles des managers aient également à évoluer. « Nettoyer » régulièrement leurs cibles d’attention permet aux managers de vérifier leur pertinence. Prenons l’exemple des théories de la motivation basées sur la connaissance fine des besoins collaborateurs, comme celle de Maslow (1943). Parfaitement adapté à une organisation pyramidale où un manager encadrait en moyenne cinq personnes dans une relation de proximité stable dans le temps, ce modèle l’est-il encore aujourd’hui ? La plupart des managers gèrent des équipes larges, souvent éclatées sur plusieurs territoires (français, européen et/ou mondial). Ils encadrent un nombre croissant de salariés en télétravail. Dans un tel contexte, le manager peut avoir des difficultés à personnaliser finement son management. Il a tout intérêt à concentrer son attention sur les processus de motivation les plus transversaux, c’est à dire ceux qui qui impactent le collectif dans son ensemble, comme la justice et l’exemplarité.

Quand tout devient urgent et important

Les recherches ont montré qu’une activité mentale soutenue visant la résolution de problèmes complexes épuise les ressources en glucose du sang et entraîne une forte fatigue. Pour l’éviter, le manager doit intégrer une approche centrée sur son énergie et non plus seulement sur son temps disponible. Les matrices urgent/important, bien connues, ne suffisent plus quand la plupart des tâches sont devenues urgentes et importantes. Deux pistes sont particulièrement intéressantes à intégrer :

1- développer au maximum les routines

Grâce à la mise en place de traitements automatiques des tâches, le manager économise des ressources cognitives et diminue sa fatigue. Pour préserver le « cerveau disponible » de leurs forces spéciales, les militaires travaillent la notion de « drill » qui renvoie à cette routine (technique d’entraînement militaire qui permet, via la répétition d’exercices physiques, de rendre des soldats aptes à exécuter sans surcharge mentale ni erreurs, des manœuvres collectives en situation de stress extrême). Au niveau managérial, automatiser au maximum le traitement de ses emails en choisissant de ne les traiter que deux fois par jour à heure fixe est un bon exemple (« Manage your energy not your time », de Tony Schwartz et Catherine Mc Carthy, Harvard Business Review). Cette simple décision réduit le sentiment d’être dérangé en permanence et la fragmentation de son attention. Le manager gagne ainsi en sentiment de maîtrise et en efficacité. Contenir les moments de gestion des mails dans des horaires fixes permet également de libérer des moments d’attention pour les sujets stratégiques.

2- instaurer des plages de récupération quotidiennes

L’idée ici est d’insérer dans son agenda des phases de récupération à des moments stratégiques. Les études ont montré qu’au-delà de 90 minutes, l’attention décroît dramatiquement, entraînant une perte d’efficacité substantielle. Insérer des pauses de quelques minutes toutes les 90 minutes, associées à un peu de mouvement, permet de recharger les batteries de manière très efficace. Le plus difficile reste de les sanctuariser dans son agenda stratégique. C’est au manager qu’il appartient d’être vigilant en se préservant des moments de récupération quotidiens face aux multiples sollicitations qui lui parviennent en permanence.

Au début, cet exercice de gestion stratégique de son attention, nouveau pour le manager, représente une charge mentale en soi. Mais les gains associés à la mise en place d’un tel pilotage stratégique sont majeurs. Ils permettent aux managers de s’assurer qu’ils disposent bien (dans le temps) de suffisamment de ressource cognitive pour s’adapter efficacement sans s’épuiser.

© Getty Images

Comment réduire le stress au travail ? Ce que nous apprennent les babouins du Kenya….

Newsletter #1
Un article de Muriel Rosset, publié dans ManagementSanté.com le 1er septembre 2017

Qu’est-ce que le stress ?

« Le stress empoisonne l’existence, au sens propre et figuré : il ne rend pas seulement la vie désagréable, il nous rend aussi malade.

Selon le Docteur Herbert Benson, du Mind/Body Medical Institute de l’université Harvard, environ 80 % des consultations médicales seraient liées au stress, d’une manière ou d’une autre. De même que 60 % à 80 % des accidents de travail, selon l’American Institute of Stress. » (Source passeport santé).

Il y a pourtant plusieurs sortes de stress.

L’excellent documentaire « le stress, portrait d’un tueur » me donne l’occasion d’éclairer deux faces physiologiques et psychologiques de ce mal moderne, pour vous inviter à un chemin en trois temps :

  • la survie,
  • la reconfiguration des images sociales liées au pouvoir,
  • la libération de la parole au cœur du travail.

1. Le stress vital : survivre

Le stress est à la base une réaction chimique saine à une situation vitale : manger ou être mangé. Car si les animaux vivent la plupart du temps paisiblement, quand ils ont faim, ils ont besoin d’un coup d’accélérateur pour arriver à leurs fins (et faim !). Le zèbre qui voit un lion courir vers lui doit donc avoir peur pour se sauver, (et le lion être motivé pour le pourchasser).

Leur stress ne va pas heureusement pas durer longtemps :

  • Pour le zèbre,
    • soit il échappe au lion et se repose de sa victoire,
    • soit il meurt.
  • Pour le lion
    • soit il mange le zèbre et se trouve rapidement repu,
    • soit il le manque et trouvera un autre zèbre pour son repas.

Dans tous deux cas, leur stress aura été de courte durée.


2. Le stress social : fuir, renverser la pyramide, ou changer nos représentations mentales ?

a) Fuir ?

Henri Laborit, médecin chirurgien et neurobiologiste, fut le premier à exprimer l’idée que le système nerveux peut être responsable de tous nos actes, et par voie de conséquence du système de domination sociale. Dans sa philosophie de l’action (plutôt « pessimiste » pour ce professeur qui ne croit guère à l’amour (1), tout en se vantant d’avoir « aimé » une centaine de femmes…), trois possibilités nerveuses guident notre vie au-delà  des comportements de survie et reproduction :

  • Je combats et je gagne la partie.
    • Mon stress cesse, et ma place dans l’échelle hiérarchique augmente.
  • Je combats mais j’échoue, ou j’accepte des récompenses extrinsèques.
    • Je vais alors m’inhiber, et développer de l’angoisse et du stress.
  • Je fuis le combat

« L’imaginaire s’apparente ainsi à une contrée d’exil où l’on trouve refuge lorsqu’il est impossible de trouver le bonheur parce que l’action gratifiante en réponse aux pulsions ne peut être satisfaite dans le conformisme socio-culturel. C’est lui qui crée le désir d’un monde qui n’est pas de ce monde.

Y pénétrer, c’est « choisir la meilleure part, celle qui ne sera point enlevée ». Celle où les compétitions hiérarchiques pour l’obtention de la dominance disparaissent, c’est le jardin intérieur que l’on modèle à sa convenance et dans lequel on peut inviter des amis sans leur demander, à l’entrée, de parchemin, de titres ou de passeport.

« Par la fuite, en alternance avec la lutte, l’homme peut ainsi donner du sens à sa vie. Prendre le recul nécessaire pour mieux affronter les obstacles et adopter une vision globale qui renforce et justifie l’action« , analyse Joël de Rosnay en synthèse. (3)

b) A défaut de fuir, faut-il renverser la pyramide sociale ?

Quand on invente des problèmes…

Depuis les années 70, Robert Sapolsky, neuroscientifique professeur à l’université de Stanford, a choisi de se pencher sur une colonie de babouins au Kenya pour étudier les conséquences du stress.

En observant leur comportement social, et en travaillant en laboratoire sur  la base de prélèvements de sang au moment du stress, d’étude de la tension et autres examens cliniques, il a pu remarquer que le comportement des babouins était très similaire à celui des hommes en Occident.

Ainsi, au-delà du temps réduit passé à chercher à se nourrir, cette colonie déployait une énergie phénoménale en compétitions sociales, harcèlements divers, coalitions, bagarres…

Résultat : beaucoup de stress généré par des tensions socio-psychologiques qu’ils ont eux-mêmes inventés.

Quand on nous crée des problèmes…

En 1987, Robert Sapolsky a fait une autre découverte, qui lui vaudra le prestigieux MacArthur Fellowship :   la position sociale d’un babouin détermine son taux d’hormone du stress. Résultat :

  • le taux d’hormone lié au stress est beaucoup moins important chez le mâle dominant que chez le mâle dominé.
  • Les  « subalternes ont une tension artérielle et un rythme cardiaque plus élevés (…) Si vous êtes un babouin stressé et en mauvaise santé, la chimie de votre cerveau ressemble à celle d’un homme dépressif. »

Ce constat a été confirmé  sur une période de 40 années, Michael Marmot – professeur d’épidémiologie à l’UCL à Londres –  a mené une vaste étude auprès de 18 000 fonctionnaires britanniques. Le projet Whitehall a porté sur des personnes ayant leur bureau dans cette rue du centre de Londres, exerçant des métiers stables, sans danger, avec une bonne couverture de santé. Résultat :

  • il y a un lien entre le statut social et le stress
  •  « Plus vous êtes bas dans la hiérarchie, plus le risque de maladie, surtout cardiaque, est grande,« 
  • « Les conditions de vie et de travail sont primordiales pour notre santé,« 
  • « Quand les gens ont plus de contrôle sur ce qu’ils font, qu’ils sont traités de manières plus justes et plus équitables, le taux de stress diminue, et la maladie baisse. »

Peut-on y changer quelque chose ? Quand nos poubelles mènent à la prospérité

Revenons à nos babouins du Kenya.  Il y a 20 ans, Robert Sapolsky a subi un événement à première vue bloquant pour ses recherches, qui s’est en réalité révélé fort utile. En effet, les babouins sont allés piocher de la nourriture dans un camp de touristes, et ont alors mangé de la viande infectée par le bacille de la tuberculose.

Sauf que tous n’en sont pas morts !

Seuls les plus influents disparurent. Pourquoi eux ? Tout simplement parce que les mâles dominants n’avaient pas l’habitude du partage, et s’étaient réservés le repas empoissonné pour eux seuls.

Leur gestion du groupe était avant tout égoïste et intéressée :

Maintenir leur confort et asseoir leur position…

Du jour au lendemain, la colonie de primate s’est donc retrouvée avec des mâles jusque-là dominés. 

Et la vie changea brutalement du tout au tout : les mâles devinrent doux avec les femelles, et tous les jeunes adolescents rebelles qui voulaient se montrer agressifs se faisaient rapidement remettre au pas de la gentillesse …

En une génération,

  • le stress disparut,
  • la colonie prospéra.
Muriel ROSSET, Image 5

Est-ce à dire qu’il faille « éliminer » tous nos dirigeants narcissiques ?

Nous pouvons surtout reconfigurer l’image sociale hiérarchique. En effet, les recherches menées depuis toutes ces décennies montrent que

« L’important n’est pas votre rang, mais ce qu’il signifie au sein de la société.« , conclue Robert Sapolsky.

Or les dirigeants narcissiques, à défaut d’être en voie de disparition, commencent à être vus sous leur véritable angle. Ils ne sont surtout plus adaptés à notre monde de demain, comme nous le rappelle Gérald Karsenti, PDG de Hewlett Packard France, dans son ouvrage sur le leader troisième type.

Ces leaders narcissiques savent nous entraîner, mais pour quel véritable objectif et pour combien de temps ? La force d’un vrai leader, c’est de donner plus que de recevoir, d’écouter plus que de parler de lui, de montrer l’exemple pour donner envie d’œuvrer ensemble et de donner le meilleur de soi-même :

« Ce que nous apprennent les babouins, explique Robert Sapolsky c’est ne mordez pas les autres car vous avez passé une mauvaise journée, ne vous vengez pas sur eux, les relations sociales ont beaucoup d’importance. Et une des plus grandes formes de sociabilité est de donner plutôt que recevoir. Tout cela rend le monde meilleur. Et si les babouins en l’espace d’une génération ont été capables de transformer un système social qui paraissait immuable, nous ne pouvons pas rester les bras croisés en disant que les relations humaines ne peuvent pas changer. »


3. Libérer la parole au cœur du travail

Pour éclairer la vision que nous avons de nos dirigeants et les aider à (re)trouver une place de service, vous pouvez lire mon récent article sur le vrai visage des entreprises libérées, et les trois libérations à traverser par leurs dirigeants. , ou mon tryptique et tableau pouvoir-service -responsabilité, sur la question  » de qui suis-je responsable ? »

Vous pouvez aussi et avant tout le commenter, pour libérer la parole : les divers commentaires tant de PDG que de salariés reçus en privé me montrent combien cette parole libérée est une clé nécessaire dans le monde du travail, et dans la vie en général…

Alors à vous la parole !


Notes : 

1 Henri Laborit : Aimer l’autre, cela devrait vouloir dire que l’on admet qu’il puisse penser, sentir, agir de façon non conforme à nos désirs, à notre propre gratification, accepter qu’il vive conformément à son système de gratification personnelle et non conformément au nôtre. Éloge de la fuite.

2 Henri Laborit (La Nouvelle Grille, Chapitre 7 – conscience, connaissance, imagination –
p.160-161)

3 Laborit : de la cybernétique à la systémique. Source : Cité des Sciences et de l’Industrie  1995 – cite-sciences.fr